Frédéric R. Formation DEJPEPS APSA

51 ans, Frédéric traverse une période compliquée professionnellement. Bénévole au sein d’une école de cirque, il anime des ateliers de cirque adapté et souhaite profiter de cette période pour monter en compétence sur le sujet.

La formation démarre le 7 janvier 2019 et se termine le 15 octobre 2020 en différents lieux de France. Le coût très élevé est de 14 605€. Une demande auprès du Fongecif a été refusée. L’employeur de Frédéric a accepté de l’annualiser afin de suivre les modules de formation.

Aide accordée : sur deux ans : 3500€

frédéric

IMG_6545IMG_6529

 

quelques nouvelles été 2019 :

MODULE JEU ET AUTISME – NICE  LE 28/03/2019 – FRED

Il était une fois, un homme, nous pourrons le dire, c’était un homme heureux, pour qui la vie semblait facile. Sa famille, ses enfants, ses amis étaient pour lui très important et source de bonheur. Certes, quelquefois, il avait des soucis, mais rien d’insurmontable, rien qu’il ne pouvait pas gérer. Son monde était un peu idéalisé par d’autres et je crois qu’on peut le dire, c’était une belle vie, une vie tranquille.

Et pourtant….

Et pourtant, à côté de lui, juste à côté, existait un autre monde. Un monde ou des enfants, des jeunes gens, des adultes vivaient cachés. Entourés par des personnes bienveillantes qui s’occupaient d’eux. L’homme, lui, ne les voyait pas, ne les entendait pas, ce monde lui était complètement inconnu. Pourtant il suffisait d’ouvrir les yeux car ce monde était bien là.

Dans ce monde, les enfants étaient différents, c’était très difficile de leur parler, de se faire comprendre, des les comprendre, de les toucher… juste très difficile des les rencontrer. Ils vivaient dans leur monde, dans un monde bien à eux où il était quasiment impossible d’entrée.

Un jour, l’homme, un peu par hasard, à ouvert les yeux et trouva ce monde. Il ouvrit la porte… Comment ce monde pouvait exister, comment des enfants étaient arrivés là ? Sa première réaction fut de refermer la porte et d’oublier ce monde si différent. Ce monde qui faisait peur, ce monde décaler, ce monde mal construit ou déconstruit.

Mais pourquoi l’homme prit la décision de réouvrir cette porte ? Nous ne le savons pas, mais la porte était ouverte et l’homme et les enfants étaient là.

L’homme découvrit ces enfants parfois difficiles, parfois joyeux, parfois violents, quelques cris, quelques gestes, mais tout lui paraissait incompréhensible. Il faut avouer, l’homme avait peur, il était mal à l’aise et pourtant il voulait tellement les rencontrer, les comprendre, essayer des les aider, de les soigner peut-être…mais à chaque fois il rencontrait un mur. Un mur infranchissable. Lui qui a tout réussit, lui à qui la vie avait souri, lui tellement heureux… et ces enfants tellement incompréhensibles.

Quelquefois, il arrivait à communiquer un peu, mais sans pour autant les comprendre. Et pourtant…

Pourtant il y avait un enfant que l’homme avait à peine remarqué, cet enfant était toujours replié sur lui-même et caché dans le coin d’une pièce. Ils étaient tous les deux perdus, chacun dans son monde si différent. Un jour, l’enfant pris la main de l’homme. Enfin une rencontre se dit l’homme, mais le lendemain rien, et le surlendemain toujours rien. Pourtant, l’homme se rendait disponible, il cherchait vraiment à comprendre cet enfant qu’il avait cru rencontrer.

Lors d’un repas, l’homme et l’enfant étaient à côté, l’homme était gêné, il ne savait pas quoi faire, il avait l’air un peu bête.  L’enfant lui était tranquille, presque un peu inattentif. L’homme pris une bouteille pour servir à boire, et en se levant, la bouteille lui échappa des mains. Il inonda toute la table et par la même occasion, la plupart des personnes autour. L’homme, les joues un peu rouges de honte, essaya de tout nettoyer rapidement, mais ses mouvements rapide et désordonnés le firent glissé sur une flaque d’eau et il tomba face contre terre, trempé comme tout le monde. Il y eu un grand silence !

Et d’un coup… l’enfant éclata de rire, un rire sans aucune retenu, un rire communicatif, un rire si enthousiaste que l’homme toujours par terre se mit à rire aussi. Ils riaient ensemble de cette situation, ils étaient dans le même monde, ils se rencontraient enfin.

Cette rencontre n’avait pas été préparée, calculée ou encore pensée… Tous les deux étaient restés eux-mêmes et une situation drôle les avaient emmenés pour un temps dans le même monde.

Le lendemain, l’homme s’approche de l’enfant avec un grand sourire, et l’enfant lui rendit ce sourire. L’homme était habillé très bizarrement, avec pleins de couleurs mais l’enfant trouva cela très joli. L’homme lui tendit exactement le même costume et …

Ceci est une autre histoire… leur histoire !

« L’homme n’est tout à fait homme que là où il rit… »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*